De nombreuses études, ces 30 dernières années, ont démontré que les capacités d’apprentissage des élèves sont fortement influencées par leurs conditions de vie et d’études. L’on n’étudie bien que lorsque les besoins physiologiques sont satisfaits. Pour les jeunes filles, l’accès à une protection périodique en fait partie.