Alors que l’Éducation nationale est très frileuse pour donner les chiffres exacts du nombre de classes fermées, les remontées des parents auprès de la FCPE ont permis d’en identifier une centaine quand était avancé le chiffre de 94 par le rectorat pour toute l’académie. Ce chiffre sans doute encore en deçà de la réalité n’est pas surprenant compte tenu du protocole sanitaire qui prévoit de fermer une classe dès la détection d’un cas de covid ou l’absence de l’enseignant quel qu’en soit le motif. La FCPE de Seine-Saint-Denis s’inquiète une fois de plus du manque criant de continuité pédagogique.

Elle dénonce :

  • Le manque de remplacement des enseignants absents ;
  • L’absence d’alternative, notamment de coordination avec les collectivités territoriales pour utiliser les compétences de leurs structures d’animation ;
  • La réticence de certaines villes pour équiper correctement les écoles empêchant ainsi les enseignants présents de classes fermées pour COVID, de mettre en place des enseignements en distanciel ;
  • Les consignes de l’Éducation nationale qui empêche ces mêmes enseignants de télétravailler sur la base du volontariat, depuis leur domicile quand ils sont équipés à titre personnel ;
  • Le manque de réactivité de tous les acteurs publics pour identifier et prévoir des solutions adéquates pour permettre aux familles qui ne peuvent s’équiper de suivre le distanciel dans les cas encore trop rares où il est proposé.

Depuis 18 mois, l’éducation nationale fait comme si chaque sortie de confinement était la fin de la crise, comme s’il n’était pas nécessaire de préparer la suivante. La FCPE de Seine-Saint-Denis appelle les pouvoirs publics à chercher des solutions pour répondre à l’urgence du moment et à les inscrire dans la durée.

Nos enfants sont l’avenir de tous, La continuité pédagogique n’est pas une option mais une nécessité.

Bondy, le 7 mai 2021

Anne Pieter, Alixe Rivière

Co-présidentes

Défiler vers le haut