Discours prononcé lors de l’hommage à Samuel PATY du 2 novembre
Lettre écrite par Jean-Bernard Omar, lycéen
« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir ensemble comme des idiots ». Je trouve que cette citation de Martin Luther King bien que percutante est assez vraie et s’applique parfaitement à ce que nous vivons tous en ce moment.
Des évènements au-delà du tragique se sont déroulés dernièrement et nous avons tous été meurtris. Je voudrais commencer en rendant hommage à Samuel Paty ; professeur d’histoire géographie, aimé de ses élèves et porteur de la lumière qu’est le savoir. C’est en essayant de transmettre cette lumière que malheureusement l’étincelle de sa vie s’est éteinte.
A la suite de cela, beaucoup d’émotions se sont faites ressentir : la tristesse ; l’incompréhension du tourment, parfois même de la colère. Et je ne remets pas en cause les sentiments de chacun. Nous avons tous fait face à une période effroyable et la volonté commune de vouloir que cela ne se produise plus était bien présente. Pourtant je ne vous l’apprends pas, les évènements suivants n’ont été qu’une escalade de violence avec l’agression au couteau de deux femmes voilées au pied de la tour Eiffel, le meurtre d’un sacristain et de deux femmes dans la basilique Notre-Dame de Nice et l’attaque à arme à feux d’un prêtre orthodoxe devant l’église de l’annonciation. Tous ces drames nous ont plongé dans une atmosphère particulière où l’on a tenté sans cesse de nous mettre en opposition.
Certes et personne ne peut le nier, nous sommes tous différents : nous sommes noirs, blancs, arabes, asiatiques, chrétiens, athées, juifs, musulmans, bouddhistes et bien d’autres. OUI nous sommes tous différents mais même au-delà de ces simples critères. Nous ne pensons pas tous la même chose, nous n’avons pas tous le même mode de vie. Je pourrais passer des heures à vous dire tout ce qui nous sépare mais je pense que cela a déjà suffisamment été fait. Allons de l’avant et portons notre regard sur ce qui nous est commun, ce qui nous unit. Toutes ces choses pourtant si évidentes mais qu’en temps de crise on omet facilement. Ne nous laissons pas porter par des sentiments qui, nous le savons au plus profond de nous, n’arrangeront pas la situation …
Vivre ensemble repose sur la confiance et la confiance se construit en discutant, en partageant, et en essayant de comprendre l’autre. Ne nous rejetons pas et ne nous craignons pas, lorsque nous franchissons la grille de ce lycée, nous avons tous un point commun qui prend le pas sur les autres : l’apprentissage. Avec ceux qui le transmettent, ceux qui le reçoivent, mais aussi ceux qui permettent que cet échange se fasse dans de bonnes conditions. Chers élèves, montrons que nous sommes capable de faire face à l’adversité ENSEMBLE ! Soutenons nos enseignants et montrons que rien ni personne ne pourra nous séparer, rien ni personne ne pourra nous scinder.
Enfin chers professeurs je m’adresse directement à vous en vous disant « merci ». Merci d’avoir choisis de transmettre votre passion pour la ou les matières que vous enseignez. Merci de nous donner les éléments qui nous permettent, même au-delà du lycée, de nous questionner, de nous exprimer, de discuter. Merci de nous aider à préparer notre futur. Croyez-moi, nous savons à quel point les métiers de l’enseignement sont magnifiques mais aussi à quel point ils sont difficiles et parfois très prenant . Aujourd’hui, nous, élèves, prenons part à votre peine. A travers Samuel Paty vous avez perdu un collègue et nous un enseignant. Ce terroriste qui était l’incarnation même de l’obscurantisme a failli à sa mission non seulement puisqu’il a tué un innocent mais aussi parce que la lumière que portait Samuel Paty ne s’est pas éteinte, elle est maintenant entre vos mains et ne demande qu’à être transmise.
Je vous remercie pour votre attention.

Défiler vers le haut