Le recteur a organisé ce jour une première réunion des fédérations de parents d’élève pour évoquer la rentrée du 2 novembre.

Un cadrage national des actions à mener est en préparation au niveau ministériel, là aussi en lien avec les fédération de parents d’élèves.

Le recteur a indiqué que chaque établissement conserverait une capacité d’adaptation au niveau local.

La démarche devrait permettre de prévoir des temps pour l’hommage (cérémonie – minute de silence) l’émotion, et la pédagogie. Les représentants de parents seront associés pour rappeler à tous qu’il n’y a pas de divergence entre adulte sur les rôles de chacun au sein de la communauté éducative. Il est possible que dans le second degré (collèges et lycées) le lundi 2 novembre matin soit banalisé pour permettre aux enseignants et directions de préparer l’après midi. Dans le premier degré, l’accueil sera assuré dès le matin.

L’ensemble des équipes du rectorat des services académiques seront mobilisés le 2 pour la cas où il y aurait besoin d’intervenir auprès d’élèves refusant de s’associer à la minute de silence (dans un but pédagogique pour faire comprendre le propos).

Le recteur a ensuite interrogé les fédérations de parents que ce qu’elles avaient comme propositions à faire. La FCPE a rappelé la démarche nationale en cours concernant la diffusion d’un cahier « laïcité » destiné aux parents et le besoin d’avoir de poursuivre et développer la coéducation.  

La FCPE 93 a particulièrement insisté sur le besoin d’associer tous les élèves dès la maternelle dans une réflexion adaptée selon l’âge. Pour le secondaire, la méthode utilisé par le rectorat le mois dernier au lycée Paul Eluard (agression d’un élève à coups de couteaux) avec des ateliers et des restitutions de ses ateliers (élèves, enseignants, directions, parents). Elle a souligné l’intérêt d’aborder rapidement avec tous les acteurs de la communauté éducative la distinction entre le fait, l’opinion et la croyance qui fonde la liberté d’expression et ses limites.

L’appel des 26 (pays et géants d’internet) pour la mise en place d’une vraie modérations des réseaux sociaux pour tous les contenus violents et haineux s’inscrit aussi dans cette perspective et permets d’élargir la réflexion au-delà du fait national. Pour mémoire cet appel a été signé le 15 mai 2019 après la diffusion en direct sur Facebook de l’attaque contre des mosquées en Nouvelle-Zélande.

Un nouvelle réunion aura lieu le 30 octobre pour faire le point des modalités retenues par le ministère et ses déclinaisons pour l’académie de Créteil.

Il est a souligné que la réunion s’est passée dans un climat serein, d’écoute et de respect mutuel.

Défiler vers le haut