Bondy le 26 avril 2021

Nous aurions aimé avoir tort. Hélas, ce ne fut pas le cas.

La FCPE de Seine-Saint-Denis dénonce, une fois encore, la manque d’anticipation et une pensée totalement hors sol de l’éducation nationale.

Ce matin comme nous l’avions anticipé, des parents ont découvert en arrivant à l’école que leur enseignant(e) était absent(e) et qu’ils devaient donc rentrer chez eux ou trouver une solution de garde instantanée ! Pas d’accueil, pas de continuité pédagogique, pas d’information sur la suite.

Si la FCPE se réjouit que la santé de tous soit au cœur des préoccupations de l’Etat, elle continue à s’étonner du chaos renouvelé à chaque « sortie de confinement ». Pourquoi ne pas prévoir une rentrée décalée d’une journée pour permettre aux équipes sur le terrain de s’organiser et de prévenir les parents des modalités de retour en classe ? Pourquoi les parents ne sont-ils pas prévenus la veille des absences ? A de très rares exceptions, les enseignants absents avaient déjà prévenu leur hiérarchie. Comment peut-on encore être « surpris » par des départs en congé de maternité ?

Il est temps que l’Education Nationale revoit ses modalités de remplacement, et pas seulement en période de crise. La FCPE ne peut que regretter la préférence du Ministre de l’Education Nationale pour la scène médiatique au détriment d’une vraie communication pratique de terrain.

La FCPE remercie les équipes de direction, les enseignants et tous les personnels des écoles pour la poursuite de leur engagement pour les élèves en dépit d’une situation qu’Ubu n’aurait pas renié.

Nos enfants sont notre avenir. Et si on pensait à eux quoi qu’il en coûte ?

Anne Pieter et Alixe Rivière Co-présidentes

Défiler vers le haut