Communiqué de presse, Bondy, 25/05/2020

Les FCPE du 77, 93 et 94 relèvent sans étonnement le constat terrible de l’académie de Créteil : la carte de la reprise scolaire se superpose à celle des catégories socio-professionnelles. Vincennes détient ainsi la palme du plus fort retour en classe. Les FCPE s’inquiètent cependant de l’analyse qu’en tire le Rectorat qui fais l’hypothèse que le « bouche à oreille » et « la fin du ramadan » vont faire évoluer la tendance.

Les FCPE dénoncent toutes les situations ou l’éducation nationale et/ou les mairies se renvoient la responsabilité de la reprise. Elles soulignent que partout où elles ont engagé une vraie collaboration en associant les parents à la concertation, des solutions ont pu être trouvées. Elles regrettent de n’être pas entendues sur la crainte suscitée par la présentation d’un protocole sanitaire vécu comme déshumanisant pour les enfants et excluant les parents. Elles rappellent aussi, qu’il y aurait plus d’enfants dans certaines écoles si plus de places étaient offertes tout comme pour le péri-scolaire.

Ces constats ne doivent cependant pas faire oublier la mobilisation d’acteurs de terrain : enseignants, agents des collectivités territoriales et associations au service de toutes les familles auxquels les FCPE du 77, 93 et 94 souhaitent adresser des remerciements appuyés.

Les FCPE du 77, 93 et 94 pressent les autorités académiques de s’appuyer sur les enseignements de la crise – les bons comme les mauvais – pour donner de l’envergure à la rentrée de septembre. Que l’école reprenne en mode « covid » ou pas, les FCPE demandent que soient au rendez-vous :

Plus d’humanité :

  • Des enseignants pour diminuer réellement le nombre d’élèves que chacun(ne) d’eux aura à accueillir ;
  • Des personnels éducatifs et péri-éducatifs (AVS, *AESH ,psy-ien, assistant d’éducation, médecin, infirmière…) pour que chaque élève, quels que soient ses besoins, trouve un accueil bienveillant et adapté au sein de l’école

Plus de moyens adaptés et partagés :

  • Un équipement des familles d’outils d’éducation à distance qui intègre la mise à disposition de la connexion pour les familles aux revenus les plus modestes.
  • Un moratoire sur les fermetures de classes, le maintien des ouvertures et donc plus de moyens d’enseignement afin que les moyennes par classe puissent permettre de rattraper le retard pédagogique pris durant le confinement.

De cette crise peut sortir le meilleur comme le pire. Les FCPE du 77, 93 et 94 appellent la communauté éducative à sortir du discours convenu, sans perspective, égrainé semaine après semaine depuis le 13 mars pour donner du souffle à la co-éducation et tracer les lignes d’une nouvelle école.

Ne laissons pas, collectivement, une fois de plus, passer cette chance. Les parents, eux, sont prêts à la saisir, il en va du devenir de l’école publique, gratuite et laïque. 

Défiler vers le haut